SUPPLY

Stress post-traumatique, conseils pour contrôler les symptômes

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est une forme de détresse mentale qui survient à la suite d'événements traumatisants de quelque nature que ce soit. Les épisodes déclencheurs peuvent être de toute nature, comme les guerres, les accidents d'avion, les inondations, les tremblements de terre, mais il peut aussi s'agir de formes beaucoup plus privées qui nous ont traumatisés : abus familial en bas âge, agression sexuelle, etc.

Tous ces patients voient leur esprit perturbé précisément au niveau chimique, et ce n'est qu'au cours des dernières décennies que l'on a commencé à étudier ce problème et à tenter de "guérir" ceux qui en souffrent, car cette affection peut avoir des effets importants non seulement sur la vie quotidienne, mais aussi sur les relations avec les autres.

En partant du principe que la thérapie clinique est la meilleure solution, nous allons essayer de vous donner quelques conseils pour tenter de gérer au mieux les symptômes.

Freepik
Les causes du SSPT
Le syndrome de stress post-traumatique peut résulter d'un grand nombre de situations difficiles, des guerres aux abus personnels dans la jeunesse et à l'âge adulte. Les personnes atteintes de SSPT manifestent des difficultés à contrôler leurs émotions, de l'irritabilité, une colère soudaine ou une confusion émotionnelle, de la dépression et de l'anxiété, ainsi que des insomnies. C'est pourquoi une thérapie clinique est nécessaire et impérative : il n'y a pas de raccourcis ou d'astuces ; il faut travailler sur soi.
Military Health System, U.S. Department of Defense - Wikipedia.org
Le SSPT étudié après le Vietnam
Cette forme de détresse mentale a été initialement étudiée immédiatement après la fin de la guerre américaine au Vietnam, en analysant les réactions et les comportements des anciens combattants. Cependant, il n'est pas nécessaire d'avoir été soldat pour souffrir de SSPT. Un enfant qui a vécu dans un environnement difficile ou même simplement dans une zone de guerre, une femme qui a subi des violences physiques (pas forcément sexuelles, les violences psychologiques et le harcèlement sont difficiles à surmonter), le fait d'avoir été victime de brimades dans son enfance, tout cela peut provoquer l'apparition de ce trouble à tout moment.
Getty Images
Le point de départ de la thérapie pour le SSPT
Le modèle AIP, cadre théorique de l'EMDR, parle des symptômes du SSPT comme d'une manifestation de déni du traumatisme. Fondamentalement, en évitant de traiter l'information traumatique, on est incapable de se désensibiliser du traumatisme, et donc même de surmonter ce qui est arrivé. Ainsi, on crée une boucle dont, seul, il n'est pas possible de sortir. Le principal conseil est de ne pas s'isoler, de ne pas se renfermer sur soi-même et de demander immédiatement l'aide d'un spécialiste.
Le traitement des symptômes doit commencer par l'individu
Outre les traitements médicamenteux (antidépresseurs, tranquillisants, etc.), il existe un traitement psychothérapeutique, au cours duquel on apprend à gérer l'anxiété, la dépression et à modifier les comportements dangereux, comme le déni du traumatisme. Certaines thérapies psychologiques, comme le protocole d'exposition prolongée et la thérapie narrative, visent précisément à traiter le traumatisme et à s'en désensibiliser.
Getty Images
La zoothérapie et le SSPT ? C'est à l'étude
La zoothérapie est-elle utile en cas de SSPT ? Les études scientifiques vont dans le sens de la confirmation de cette hypothèse, mais il reste encore beaucoup à faire. Dans la thèse "Pet Therapy and post-traumatic stress disorder" (E. Magri), le catalyseur de ce processus réside précisément dans l'interaction avec l'animal, capable de détacher des formes de dépendance, typiques de certains médicaments et thérapies. Surtout dans les lieux publics et bondés, mais aussi pour la gestion de l'anxiété et de la dépression, les animaux de la zoothérapie peuvent être vraiment utiles et moins "brutaux" que les thérapies conventionnelles.
Getty Images
Une nouvelle recherche de l'Université de Sydney
L'UNSW a publié une étude montrant qu'en plus de la thérapie d'exposition classique (la méthode classique par laquelle les SSPT sont traités cliniquement), il est possible d'ajouter 10 minutes d'exercice aérobique, ce qui stimulerait la production d'une molécule de croissance particulière dans le cerveau, appelée facteur neurotrophique dérivé du cerveau, ou BDNF. L'augmentation de ce BDNF augmenterait l'efficacité de l'exposition, et donc de la thérapie. Malheureusement, pour obtenir des résultats significatifs, ce processus doit être répété pendant une longue période.
nouvelles des grands acteurs d'hollywood
17/06/2024
Informativa ai sensi della Direttiva 2009/136/CE: questo sito utilizza solo cookie tecnici necessari alla navigazione da parte dell'utente in assenza dei quali il sito non potrebbe funzionare correttamente.