SANTÉ

Vacances en montagne et maladies cardiaques ? C'est possible, mais avec quelques précautions

Il n'est absolument pas vrai, comme le pensent encore la plupart des gens, que les personnes souffrant de maladies cardiaques ne peuvent passer leurs vacances qu'au bord de la mer ou dans des endroits plats. En fait, même les patients cardiaques peuvent passer des vacances en altitude en toute sécurité.

Bien sûr, il faut prendre quelques précautions supplémentaires, et surtout, il est nécessaire d'arriver préparé au moment du départ, afin d'éviter tous les imprévus possibles et d'assurer le plus haut niveau de sécurité possible. 

Certains conseils peuvent être vraiment utiles, mais en dehors de la réflexion et de la prudence, il n'y a pas de réelles contre-indications pour les patients cardiaques en ce qui concerne les randonnées ou les vacances en montagne.

Vacances à la montagne en cas de maladie cardiaque : quelques conseils
Il n'est absolument pas vrai, comme le pensent encore la plupart des gens, que les personnes souffrant de maladies cardiaques ne peuvent passer leurs vacances qu'au bord de la mer ou dans des endroits plats. En fait, même les patients cardiaques peuvent passer des vacances en altitude en toute sécurité. Bien sûr, il faut prendre quelques précautions supplémentaires, et surtout, il est nécessaire d'arriver préparé au moment du départ, afin d'éviter tous les imprévus possibles et d'assurer le plus haut niveau de sécurité possible. Certains conseils peuvent être vraiment utiles, mais en dehors de la réflexion et de la prudence, il n'y a pas de réelles contre-indications pour les patients cardiaques en ce qui concerne les randonnées ou les vacances en montagne.
Préparer le corps avant le départ
Préparer son physique, c'est faire deux choses avant de partir dans une station de montagne : d'abord faire un bilan cardiologique, ensuite commencer à faire de l'exercice. Il s'agit de se mettre en condition pour une éventuelle activité physique, comme la marche ou autre. Mais surtout, l'entraînement permet de mieux connaître son propre corps, et surtout ses propres limites, ce qui est essentiel pour les patients cardiaques.
Ne pas monter trop vite en altitude
C'est aussi l'un des principaux problèmes des grimpeurs professionnels, et les patients cardiaques doivent donc être particulièrement prudents. Plus on monte, plus l'air se raréfie et plus il est difficile de respirer correctement. Le corps subit également de véritables changements : on respire plus vite, le rythme cardiaque s'accélère et la tension artérielle augmente. Le seuil "dangereux" pour les malades cardiaques se situe aux alentours de 2500 mètres. À partir de ce moment-là, il faut grimper très prudemment pour laisser au corps le temps de s'acclimater à la nouvelle pression.
Combien faut-il augmenter chaque jour ?
Le Dr Daniela De Serio, cardiologue au réseau de cliniques ambulatoires spécialisées Santagostino à Milan, ainsi que ses collègues cardiologues, recommandent de ne pas grimper plus de 500 mètres par jour une fois le seuil des 2500 mètres franchi. Pour la même raison, les personnes souffrant de problèmes cardiaques devraient également éviter d'utiliser les téléphériques et les téléphériques rapides.
Utilisez votre tête et n'en faites pas trop
Les personnes souffrant d'une maladie cardiaque, et qui plus est si elles sont normalement sédentaires, doivent absolument éviter les efforts excessifs. En raison de la quantité réduite d'oxygène disponible dans l'air, les trajets et les promenades doivent être courts et faciles, et ne doivent pas solliciter le corps de manière excessive. En outre, il est préférable d'opter pour des repas légers mais fréquents, en évitant les excès alimentaires, au moins pendant la durée du séjour.
Les médicaments ne doivent jamais être oubliés
Nous aurions pu également placer ce point sous le premier, mais nous avons choisi de le garder à la fin parce qu'il est plus évident. Surtout si vous décidez de séjourner dans des endroits reculés, isolés ou mal desservis en pharmacies, il est bon de vérifier non pas une fois, ni deux fois, mais cent fois que vous avez emporté tous vos médicaments. En outre, il serait préférable d'en emporter encore plus que nécessaire, en cas de besoin.
Informativa ai sensi della Direttiva 2009/136/CE: questo sito utilizza solo cookie tecnici necessari alla navigazione da parte dell'utente in assenza dei quali il sito non potrebbe funzionare correttamente.